Warning: A non-numeric value encountered in /srv/wp-content/themes/Divi/functions.php on line 5806

L’information a ébranlé le web, et pourtant, cette mise en garde n’est pas nouvelle. Google, géant du web, passé maître dans l’art de faire trembler les webmasters avec ses annonces fracassantes, vient d’annoncer l’ouverture d’une traque accrue face au fléau des pages satellites. D’accord, mais avant de paniquer, encore faut-il savoir ce qu’est une page satellite.

Aujourd’hui, l’équipe d’Asdoria Web Agency, votre agence web savoyarde, se propose de revenir sur le phénomène de pages satellites : qu’est-ce que cela désigne, qui les utilise et pourquoi.

 

Qu’est-ce qu’une page satellite ?

Voici la définition officielle donnée par Google dans les pages de son support en ligne pour décrire les pages satellites :

« Les satellites sont des pages ou des sites créés pour un classement optimal dans les résultats de recherche en réponse à des requêtes spécifiques. Les satellites nuisent aux internautes, car ils peuvent entraîner l’affichage de nombreuses pages similaires dans les résultats de recherche. Ainsi, en cliquant sur chaque résultat, l’internaute est toujours redirigé vers la même destination. Les satellites peuvent également conduire les internautes vers des pages intermédiaires qui ne sont pas aussi utiles que la destination finale. »

 

En clair, qu’est-ce que cela signifie ? À l’origine, les pages satellites étaient des pages au design médiocre, voir inexistant. Elles proposaient une succession de mots-clefs sans recherche éditoriale : un listing de mots et expressions visant à sur-optimiser la page, au temps où Google n’était pas encore entré en guerre contre les contenus de bien piètre qualité. Le contenu de ces pages satellites étaient d’ailleurs généralement généré automatiquement : un seul et même texte servait de base et était décliné à l’infini. Seuls changeaient les informations géographiques (localité, ville) ou les dimensions disponibles pour un produit par exemple. 

L’objectif de ces pages était clairement le remplissage : maximiser le nombre de pages et donc de points d’entrée sur un site, en créant des redirections Javascript automatiques vers le site principal sur lequel on souhaitait augmenter le trafic. 

Ok, et aujourd’hui, une page satellite c’est quoi ? A peu de choses près, le principe reste le même. Certes, les efforts en termes de design et de rédactionnel se sont améliorés, les redirections ont disparu, mais cela reste des pages sur-optimisées, dont le contenu est souvent généré automatiquement. L’objectif étant de pousser l’internaute à cliquer sur les (trsè) nombreux liens menant tous au site principal. 

Dans sa quête d’un web meilleur (comprenez qualitatif pour les internautes), Google n’apprécie guère cette masse de pages sans valeur ajoutée pour les utilisateurs et a donc décidé de modifier son algorithme de façon à pénaliser ce type de pages. 

À lire sur le même thèmeComment Google évalue la qualité des pages d’un site ? 

 

 

En quoi les pages satellites étaient-elles liées au référencement ?

Les pages satellites portent bien leur nom :  tels des satellites, elles gravitent sur la toile et font en sorte de booster le référencement du site principal de la marque ou de l’entreprise.

Cette technique était et reste très largement utilisée par les agences web, parfois malgré elles. Pour savoir aujourd’hui si une page est ou non une page satellite, posez vous les questions suivantes : Les pages apportent-elles une réelle valeur ajoutée ? Ont-elles été créées dans le but de répondre à des attentes spécifiques de vos internautes cibles ? Font-elles partie intégrante de l’expérience utilisateur ?  Le contenu rédactionnel proposé a-t-il été rédigé après étude de la cible et de ses attentes ? Avez-vous réalisé un travail de fond de façon à proposer un contenu qualitatif, unique sur le web ? 

Techniquement parlant, ces pages sont-elles difficiles d’accès lorsque l’on navigue sur votre site internet ?

Ok, toutes les pages d’un site ne sont pas forcément liées au menu principal. Toutes ne sont pas obligatoirement accessibles depuis la page d’accueil. Néanmoins, si vos pages sont isolées, et correspondent uniquement à des résultats après requête dans les moteurs de recherche, Google a tout lieu de croire que vous avez essayer de créer un maximum de points d’entrée qui redirigent vers le site principal et servent uniquement de passerelle sans intérêt ni utilité aucune. 

 

Pourquoi Google traque-t-il les pages satellites et comment éviter les pénalités ? 

Voici, toujours d’après Google, quelques exemples de pages satellites :

« – Plusieurs pages ou noms de domaine qui ciblent des régions ou des villes spécifiques, et qui canalisent les internautes vers une seule page ;

– Pages générées pour canaliser les internautes vers la partie utilisable ou pertinente de votre site ;
– Pages sensiblement similaires qui s’apparentent davantage à des résultats de recherche qu’à une arborescence clairement définie et facile à parcourir.

(…) Ces campagnes satellite peuvent prendre des formes différentes : différentes pages sur un même site, sur plusieurs domaines ou un mélange des deux. » 

 

Si certaines de vos pages vous semblent correspondre à ces descriptions, sachez que vous risquez de vous attirer les foudres du leader des moteurs de recherche … et qui peut souhaiter une telle chose ?! Chez Asdoria, on vous recommande fortement de travailler le contenu de ces pages : réécrivez vos textes en tenant compte des internautes ciblés, des attentes, besoins et exigences de vos utilisateurs et lecteurs. Si vous n’êtes pas en mesure de créer des contenus uniques à forte valeur ajoutée, préférez supprimer ces pages définitivement. 

 

 

Vous avez besoin d’aide pour rédiger les textes de votre site ? Vous n’avez pas le temps d’écrire les articles et d’animer votre blog ? Vous n’êtes pas sûr de l’intérêt des contenus de vos pages Produit ? Contactez nous ! Asdoria Web Agency met à votre disposition son équipe de rédacteurs web et vous proposent des contenus hautement qualitatifs, conformes aux attentes de vos clients et respectant les règles de référencement SEO de Google.