Warning: A non-numeric value encountered in /workspace/wp-content/themes/Divi/functions.php on line 5806

Chaque année, l’objectif est le même : diminuer le nombre d’accidents mortels sur les routes de France. Force est de constater que le bilan jusqu’à présent est plutôt positif puisque depuis les années 90, la mortalité a été divisée par 4, voire presque par 5. A conditions égales de choc, les accidents de la route causent moins de décès. Les innovations des constructeurs et améliorations constantes en matière de fabrication, conception est une des raisons principales. Vous pensiez que les concessionnaires auto avaient la main lourde sur les options ? Oui, mais justement, ce sont ces mêmes options de sécurité du conducteur, de ses passagers et même des piétons qui est renforcée !

Une auto qui roule et donc qui est en mouvement accumule une énergie qui est libérée nette quand elle s’arrête d’un coup. Cette énergie, dite cinétique, est proportionnelle à la masse et au carré de la vitesse. Dans ces conditions, la vitesse de conduite est un facteur déterminant quant à l’énergie de l’impact et ses conséquences. Néanmoins, au delà d’un certain seuil, un impact, qu’il survienne à 70, 80, 90 ou 100 km/heure à toutes les chances d’être mortel.

En cas de choc, les conséquences sont identiques et c’est pourquoi la mesure du gouvernement, soufflée par le CNRS semble insuffisante.

Certes, la différence se fait au niveau des distances de freinage : quasiment 10 mètres de différence selon si on roule à 90km ou 80km, mais en cas d’obstacle, cette distance permet-elle d’éviter le pire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *