Warning: A non-numeric value encountered in /srv/wp-content/themes/Divi/functions.php on line 5806

La vitesse au volant serait, à ce que l’on dit, la troisième cause de mortalité sur les routes de France. La Sécurité Routière, désireuse de diminuer toujours plus ce chiffre morbide, ce triste record, nous démontre au quotidien ou presque sa volonté à endiguer le phénomène et sauver des vies : preuves en sont les multiples radars qui jalonnent nos autoroutes et réseaux secondaires où que l’on aille.

Un mal ? Non, si cela permet de limiter les décès de conducteurs, passagers et pétons alors on ne peut qu’être d’accord et accepter cette situation. Seulement voilà, la pilule est parfois difficile à avaler quand on compare le budget investi dans l’installation et l’entretien du parc de radars, les efforts d’imagination et d’ingénierie consacrés au développement de nouveaux systèmes de radars, … par rapport aux sommes investies pour les causes numéro 1 et 2 de morts sur la route : la somnolence du conducteur et la consommation d’alcool et stupéfiants.

Les priorités de la Sécurité sont-elles réellement justifiées quand on sait le business juteux que représentent les recettes des contraventions et flashs des radars français ? Avec plus de 4200 radars installés un peu partout dans l’hexagone, chiffre qui devrait encore grossir dans les mois à venir, les caisses de l’Etat se remplissent gentiment mais sûrement. Mais est-ce au détriment ou en faveur de notre sécurité ?

Radars fixes, radars mobiles, radars double sens, radars sur feu rouge, … le contrôle de la vitesse est-il réellement le point d’orgue de la Sécurité Routière ? Et pourquoi miser tant d’efforts (de budget) pour cette cause de mortalité placée sur la troisième marche du podium quand deux autres, tout aussi importantes si ce n’est plus par leur classement, attendent encore sagement (et tuent sans ménagement) d’être en ligne de mire de prochaines potentielles réformes, mesures et lois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *