Warning: A non-numeric value encountered in /srv/wp-content/themes/Divi/functions.php on line 5806

La première vague de radars français a vu le jour en 2003. Dix ans après, la sécurité Routière dresse un premier bilan de ces systèmes de répression routière dont l’objectif est de contrôler et sanctionner les dépassements de vitesse sur l’ensemble du réseau routier de l’hexagone.

Les types de radars sont nombreux, et le nombre de radars en place n’a eu de cesse d’augmenter d’année en année. Fin 2013, soit exactement dix ans plus tard, on dénombre plus de 4200 installations le long du réseau autoroutier, routes secondaires, zones urbaines, …

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : la mortalité n’a jamais été aussi basse. Moins de 3300 morts sur les routes de France, un record historique positif que l’on doit à une combinaison de facteurs et pas seulement à la répression grandissante : malgré tout, les efforts ne doivent pas s’arrêter là. La Sécurité Routière le fait savoir en renforçant la répression routière avec de nouveaux radars double sens qui viendront bientôt grossir les rangs des actuels et existants systèmes de contrôle de vitesse.

Une répression qui déresponsabilise l’automobiliste 

La France se place au 8ème rang en terme de sécurité routière : nos voisins européens ont préféré miser sur la qualité des infrastructures, ou encore sur l’éducation des automobilistes, accordant plus de confiance aux conducteurs.

En France, les nombreux radars ainsi que les limitations de vitesse, limitations qui devraient être revues à la baisse en 2014 conformément aux recommandations du rapport remis par le CNRS, sont jugés arbitraires et répressives au détriment de l’apprentissage, la sensibilisation et l’éducation des automobilistes. Au détriment également de la qualité des infrastructures et du niveau de sécurité de certains véhicules : feux cassés, usage du smartphone au volant, non utilisation des clignotants, …

Les efforts du gouvernement et de la Sécurité Routière sont-ils bien placés et toujours justifiés ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *