Warning: A non-numeric value encountered in /srv/wp-content/themes/Divi/functions.php on line 5806

Au Japon, l’histoire des jardins est profondément liée à l’histoire du pays, de sa culture. Plus encore qu’en Europe, le jardin tient une place fondamentale dans la vie des japonais.

Le jardin japonais évolue au fil des époques. Au gré des évènements sociaux, des changements politiques et autres modifications religieuses, architecturales ou culturelles, le jardin japonais modifie son apparence et reflète les bouleversements de son époque.

Chez nous, le jardin japonais s’est peu à peu installé, ou en tout cas une représentation japonisante du jardin japonais : il est en effet très difficile de reproduire un jardin japonais sans comprendre l’essence même de la culture, l’influence des traditions. Aujourd’hui, on compte des centaines de jardins français déclinés à la japonaise. On peut également visiter des parcs et jardins publics japonais comme à Toulouse par exemple, dans le quartier Compans Cafarelli.

Le Blog de Jardinage vous propose un tour d’horizon du jardin japonais, son histoire, ses éléments phares, ses représentations.

 

Présentation des jardins japonais

 

Le jardin japonais, malgré ses évolutions dans le temps, suit les fondements et préceptes du culte Shinto. Le Shinto ou « Voie des Dieux » est une des plus anciennes religions japonaises : cette religion repose sur l’harmonie entre l’Homme et la Nature. Nombreux d’entre nous, occidentaux, réduisons le jardin japonais à la présence de bonsaïs, de graviers blancs ratissés, à l’installation d’un bassin, ou encore aux lanternes décoratives. Alors que pas du tout ! Cette vision simpliste et réductrice est bien loin des fondements profonds de l’art ancestral du jardin japonais.

Le jardin japonais n’est pas non plus le symbole ni l’apogée de la zen attitude. En fait, pour comprendre les jardins japonais, il faut se replonger dans les différents évènements et grandes étapes qui ont façonné l’histoire même du pays :

– À l’origine, le jardin était un luxe réservé aux grandes familles ; il servait alors de lieu de sépulture des hauts dignitaires et grands chefs de guerre.

– Avec l’arrivée du bouddhisme en -600 comme religion nationale du Japon, le jardin devient la représentation terrestre du paradis, et symbole de l’élévation spirituelle

–  En 700 , l’apogée de la Chine sur le Japon marque aussi les jardins : aux éléments essentiels du bouddhisme (eau, île, montagne, …) s’ajoutent des éléments de décoration tels que les fontaines ou les lanternes, les fleurs colorées, ponts de bois ou de pierre.

– Vers 1200, le Sakutei-ki, ouvrage inestimable jusque là réservé aux élites et initiés, normalise et codifie la place des éléments dans la vie de l’Homme. Ainsi, le jardin japonais retranscrit ces codes et chaque élément trouve sa place : étang, pierres, formes des rivages reproduisent un paysage naturel et subliment la beauté de la Nature à travers le travail et l’épanouissement de l’Homme.

– Le bouddhisme zen, venu de Chine, prend une place importante au Japon : discipline de vie austère, méditation, valeur du silence et connaissance de Soi sont au cœur de cette religion qui aura très vite un impact sur la vie quotidienne des japonais et influencera de façon majeure l’apparence des jardins. L’art des jardins japonais devient épuré, propice à la méditation.

– Dès 1500, les japonais consacrent énormément de temps et d’importance à la cérémonie du thé, cérémonie qui se déroule à l’extérieur, dans un pavillon situé dans le jardin. La tradition veut que l’on y accède par un sentier bordé de lanternes et agrémenté d’un bassin de pierre (nécessaire pour les ablutions) qui serpente dans le jardin avant d’entrer et de prendre place dans le pavillon.

 

Eléments phares du jardin japonais Après avoir décrit les phases successives qui ont rythmé l’histoire du Japon, on peut aisément répertorié les éléments phares de ses jardins :

– des rochers, du sable, du gravier

– un bâtiment ou petit pavillon

– un étang ou un bassin

– une île

– un pont qui mène à l’île

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *