L’autre jour, c’était atelier peinture ! J’aime bien la peinture, ça détend, c’est pas prise de tête : un rouleau, un pot de peinture, un peu d’huile de coude et c’est parti ! Ça change des montages complexes et autres constructions qui requièrent des plans détaillés.

Je ne suis pas vraiment ce qu’on peut appeler un artiste. Quand je peins, j’évite les effets de style, les arabesques et autres fresques murales. Je prône plutôt la mono couche de peinture unie, neutre, une valeur sûre quoi. Et comme j’ai pas tellement de talent de décorateur, j’essaie de ne pas trop me lancer dans des défis trop colorés mais de rester dans les tons basiques. Sûr que si je m’écoutais, je mettrais bien du vert ou du violet par-ci mais à tous les coups, ce ne serait pas le vert qui sied à mon teint ou un violet layette.

 

Bref, quand est venu le tour de repeindre ma chambre à coucher histoire de redonner un petit coup de frais à l’ensemble, j’ai opté pour un blanc lin « très élégant » d’après la vendeuse du rayon. Je lui fais confiance, elle sait mieux que moi.

 

Bon, mais vous le savez certainement, avant de commencer tout travaux de peinture, l’étape indispensable qui ne peut être sautée, c’est celle de la protection des sols et meubles. Et oui, la peinture, c’est salissant, ça engendre des gouttelettes, des coulures, tout un tas de traces indésirables pénibles voir impossibles à faire partir ensuite. Mieux vaut prévenir que guérir hein, donc ni une ni deux, après avoir revêtu nos combinaisons de peintres, mon ami et moi avons déblayé la chambre et vidé un maximum d’affaires, de meubles, d’objets. Quand il n’est resté plus que la structure du lit et l’armoire imposante, nous avons déroulé à même le parquet un rouleau de bâche transparente spéciale peinture. À l’aide de rouleaux de ruban adhésif, on l’a fixé sur les plinthes. Même chose avec le lit et l’armoire qu’on a recouvert de cette même bâche de protection.

C’est plutôt rassurant de savoir que rien ne sera saccagé durant les opérations ! J’ai pas tellement envie que mon armoire soit elle aussi blanc lin !

Une fois l’étape de pose de la bâche terminée, on peut évidemment passer à la peinture. Le moment où on se relaxe et on se concentre sur son coup de pinceau tout en papotant avec le copain venu prêter main forte.

Après deux couches, et un délai de séchage, on a retiré les scotchs puis les bâches plastiques et remis tout en ordre. Le résultat est top !

1 Commentaire

  1. Très bon choix, la couleur blanc lin est très chic. Alors même si la peinture est à la portée de tous, un accident est vite arrivé d’où la nécessité de bien bâcher le sol comme vous dîtes.

    Bonne continuation dans votre rénovation!

    Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *