En plus d’être un élément décoratif incontournable dans un jardin, une pergola peut également se servir en tant que support pour certaines plantes grimpantes comme la vigne, par exemple. De plus, cette dernière constitue un excellent revêtement naturel et fournit une ombre bienfaisante pour ceux qui prennent la sieste. Cependant, pour en profiter au maximum, quelques règles de base sont à respecter.

  • La treille, une plantation de vigne dédiée à la pergola ou tonnelle

La pergola fait partie de ces constructions de jardin « en dur » comprenant de colonnes pour fixer des poutres horizontales pour décorer son extérieur. Au fil du temps, plusieurs idées viennent à l’esprit et certaines d’entre elles permettent de réaliser des choses extraordinaires pour agrémenter cet endroit comme la plantation de vigne ou autres grimpantes. La mise en place de ces végétaux semble tout à fait différente par rapport aux pieds de vigne qui poussent dans les champs. Dans cette partie, la vigne s’appelle une treille, car au lieu d’être taillée avec seulement quelques branches attachées à des fils, elle grimpe sur un support, à savoir, tonnelle, pergola, mur ou arbre.

  • Les étapes à suivre pour réussir la plantation d’une treille

Après avoir monté sa pergola ou sa tonnelle, l’étape suivante concerne la mise en place d’une vigne. Cette dernière doit être choisie avec une certaine condition et son installation doit se dérouler dans les règles d’art pour qu’elle puisse vivre d’au moins 50 ans. En ce sens, il est intéressant d’opter pour un cépage résistant aux principales maladies de la vigne, entre autres, le mildiou, le black-rot. Ensuite, la période idéale pour planter une vigne se déroule en novembre et en mars, au cours de leur période de repos où leurs feuilles sont tombées. L’étape suivante consiste à former un trou à la base d’un des montants de la pergola et comme drainage, il faut la tapisser de cailloux ou graviers. Ameublir la terre retirée et y ajouter un peu de compost et un peu de sable. Puis, dépoter le pied de vigne et retirer délicatement un maximum de substrat. Démêler les racines sans les blesser puis poser le plant sur le dôme de terre en répartissant les racines autour. La dernière phase consiste à combler avec la terre restante et tasser avec modération en faisant attention à ce que le point de greffe se trouve à 5 cm au dessus du sol.

  • Les matériaux à choisir pour la construction d’une treille

Pour qu’une treille puisse avoir une durée de vie au-delà d’une cinquantaine d’années, il est indispensable de bien choisir les matériaux pour en profiter le plus longtemps possible. On peut opter en premier lieu pour le métal, mais ce dernier nécessite un traitement de faveur pour résister aux intempéries. Le plus classique reste le bois, un élément exceptionnel qui ne coûte pas cher. De plus, ce type de matériel est facile à manipuler selon les envies. En lui offrant un traitement approprié, le bois peut résister sur n’importe quelle situation.

Avec un entretien régulier, la treille profitera sans doute d’une excellente durabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *